Le régime complice!

Publié le par Johannes Stern

Colère massive en Egypte contre le régime de Moubarak

 

Johannes Stern - WSWS


Mohamed allume une cigarette et murmure un juron à l’adresse du président égyptien Hosni Moubarak. Ce jeune homme de 25 ans exprime ce que pensent de nombreux Egyptiens : « Moubarak est un porc qui travaille avec Israël pour faire de Gaza une prison et il est responsable de la souffrance des Palestiniens. »

 

 
Olmert et Moubarak, copains comme cochons ?

Cet étudiant du centre-ville du Caire poursuit ses critiques acerbes contre le gouvernement. Aujourd’hui, trois jours après que les troupes israéliennes ont commencé à se retirer de la bande de Gaza, sa colère ne retombe pas et il critique le rôle joué par l’Egypte dans le conflit de Gaza. « Moubarak a probablement donné à Livni [la ministre israélienne des Affaires étrangères] la permission d’attaquer le Hamas qu’il considère comme une épine dans le pied. »

En fait, Livni avait rencontré Moubarak deux jours avant l’attaque israélienne selon un reportage du quotidien israélien Haa’retz, et des représentants du gouvernement égyptien avaient été informés à l’avance du projet d’offensive.

De nombreux habitants du Caire partagent la colère et la révulsion de Mohamed. Ils sont choqués par les crimes perpétrés par Israël durant l’offensive de trois semaines dans la Bande de Gaza et furieux envers le gouvernement égyptien qui, en pleine lutte entre le Hamas et le Fatah en juin 2007, avait fermé sa propre frontière avec l’enclave ce qui était revenu à transformer la région densément peuplée en un camp de prisonniers.

Le fait que Moubarak ait refusé d’ouvrir le passage de Rafah durant ces derniers bombardements incessants par Israël, abandonnant de ce fait les Palestiniens à leur destin, provoque chez de nombreux Egyptiens un sentiment de haine aussi prononcé à l’égard de leur propre gouvernement qu’envers le militarisme israélien et américain.

Quand on lui demande ce qu’il pense du rôle des autres gouvernements arabes, Mohamed déclare : « Les plus traîtres sont bien sûr les régimes qui coopèrent plus ou moins ouvertement avec les Etats-Unis, c’est-à-dire la Jordanie et l’Arabie Saoudite aux côtés de l’Egypte. Le fait que le Venezuela renvoie l’ambassadeur israélien en signe de protestation, mais que l’Egypte ne le fasse pas, est une honte. »

La manifestation la plus importante en Egypte a eu lieu le 9 janvier en Alexandrie où plus de 50 000 personnes ont défilé. Les unités de police anti-émeute, qui au départ avaient reçu l’ordre de réprimer et disperser la manifestation, ont été forcées, devant le nombre de manifestants, de se retirer et de laisser la manifestation se tenir.

Une autre manifestation importante de plus de 15 000 participants s’est déroulée une semaine plus tard à Mahalla Al-Kubra. En avril dernier, cette ville avait été la scène des émeutes les plus importantes de ces dernières 30 années en Egypte contre l’augmentation des prix des produits alimentaires et la baisse des salaires. Cette fois, les manifestants protestaient contre les crimes de guerre perpétrés dans la bande de Gaza, mais il y avait aussi des slogans contre la complicité des gouvernements arabes et particulièrement du régime égyptien.

Depuis le commencement du retrait israélien, on voit dans les rues du Caire un nombre important de policiers et d’unités d’escadrons anti-émeute lourdement armés, prêts à réprimer dans la violence toute forme de protestation spontanée.

Samedi dernier, des milliers de manifestants ont répondu à l’appel du parti d’opposition le plus grand du pays mais officiellement interdit, les Frères musulmans de participer à une manifestation anti-guerre sur la Place Ramsès de la ville.

La manifestation a été bloquée par d’importantes forces de police. Pour empêcher qu’elle n’ait lieu, la police et l’administration de la ville sont allées jusqu’à fermer la station de métro la plus proche de la Place Ramsès (ironiquement, cette station doit son nom à Moubarak) et les métros ne se sont pas arrêtés à cette station. Suite à des heurts avec les manifestants, la police a procédé à de nombreuses arrestations, dont un journaliste d’un quotidien indépendant, al-Masry al-Youm.

Les protestations contre la guerre à Gaza ont révélé un fossé immense entre les masses arabes et les gouvernements despotiques et corrompus de la région. En Egypte ces tensions sont tellement marquées, qu’à chaque manifestation de taille le régime Moubarak craint pour sa survie. Le gouvernement riposte à son tour chaque fois plus brutalement pour réprimer l’opposition populaire.

La résistance s’accroît notamment parmi les travailleurs et les étudiants qui ont organisé une série d’actions de protestations hors du contrôle des partis établis ou des syndicats.

Le 10 janvier, le Comité populaire égyptien de solidarité avec le peuple palestinien a organisé un convoi de solidarité comprenant des centaines de militants, qui est parti en direction de Gaza et exigé l’ouverture du passage de Rafah. Après avoir passé trois postes de contrôle, le convoi a été stoppé juste avant el-Arish, au milieu du désert, par des forces de sécurité lourdement armés et a été contraint de faire demi-tour.

Un autre convoi d’aide a été organisé par les dirigeants d’une grève à Mahalla Al-Kubra. Le 11 janvier près de 1000 travailleurs du secteur textile employés par Masr Spinning and Weaving ont organisé une grève devant les bureaux locaux du syndicat d’Etat. Les travailleurs protestaient contre la punition arbitraire de collègues qui avaient participé à une manifestation contre la privatisation de l’usine le 30 octobre dernier. Le sit-in se poursuit encore à ce jour et est principalement dirigé contre le syndicat que les travailleurs accusent de coopérer avec la direction.

Malgré la radicalisation des travailleurs et des étudiants durant les semaines de protestations, il est clair que la plupart des grandes manifestations étaient organisées et dominées par les Frères musulmans. Les intégristes islamiques ne sont en mesure de retenir la direction de telles manifestations dans une période de pauvreté croissante que du fait de l’absence de toute alternative politique progressiste. Les Frères musulmans, un parti bourgeois jouissant du soutien de quelques riches hommes d’affaires, ne proposent aucune solution à la situation économique insupportable qui règne en Egypte, ni à la répression des Palestiniens.

Quant à la « gauche » Tagammu, un parti comprenant divers nasséristes, staliniens et nationalistes se disant « progressistes », et fondé par Anouar el-Sadate en 1976 comme syndicat des courants de gauche au sein du vieux Nasserist Unity Party ASU (Union socialiste arabe), il a pris une trajectoire très droitière et est incapable d’offrir une quelconque alternative aux Frères musulmans et de fournir à ces manifestations une perspective progressiste.

Une telle perspective est cependant nécessaire pour trouver une solution à la souffrance des Palestiniens et à la répression des masses arabes. L’objectif est de construire un mouvement politique qui cherche consciemment à unifier la classe ouvrière palestinienne, juive et arabe dans une lutte pour une fédération socialiste du Proche-Orient. Cela éliminerait les frontières artificielles par lesquelles les puissances impérialistes divisent et contrôlent la région. C’est l’unique moyen d’arrêter la machine de guerre israélienne et de fournir une solution durable aux besoins politiques, économiques et sociaux de tous ceux qui vivent dans la région.

 

 

World Socialist Web Site - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.wsws.org/francais/News/2...

Publié dans general news

Commenter cet article